J’ai dû emmener le grand chez le médecin. Ça m’a beaucoup angoissée. J’ai eu des flashs de quand j’étais petite puis adolescente, de quand ma mère m’emmenait chez le médecin, surtout une fois quand je faisais une constipation aigüe. Puis j’ai beaucoup de mal avec le fait que mon enfant devienne un homme. Un jeune homme certes, mais un homme tout de même. Je sais que c’est le propre de tout un chacun de grandir, mais je ne m’étais jamais imaginée qu’il franchirait ce cap. Ça m’angoisse.

Sinon un échange téléphonique ce matin à propos d’un emploi. Ça aussi, ça m’a un peu angoissée. Pas outre mesure, mais quand même. Si j’accepte – ce que je pense faire – ça va complètement bousculer mon quotidien une fois de plus. J’ai trouvé un certain équilibre et j’ai enfin repris en main ma thèse, donc ce travail (qui débuterait à priori début janvier) vient se rajouter et tout bousculer. Je me demande si je vais tenir cette fois-ci. Tenir à la longue et pas seulement quelques semaines.

Je sens que j’ai une phase maniaque qui se pointe. Je le ressens dans ma frénésie et ma manière de faire des choses sans y réfléchir avant. J’espère que mon nouveau médoc va tenir la phase maniaque sur le tapis sans me faire replonger trop vers le bas.

La maison ressemble à un taudis. J’exagère un peu, mais à peine… Ça fait au moins une semaine que je n’ai pas eu la force ou la motivation (ou les deux) pour faire du ménage et ce ne sont pas mon homme ou les enfants qui vont y remédier malheureusement. J’ai commencé à nettoyer un peu la cuisine, mais rien que de savoir que je serais bonne pour recommencer après le repas me dépite. Il y a tout le linge à plier, les sols à nettoyer, la vaisselle à faire… Je devrais nettoyer la cage des chinchillas aussi, puis ranger tout ce qui traîne.

Bref, ça ne va pas fort.

Angoisse
Étiqueté avec :                        

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *