La veille s’est plutôt bien passé. Nous avons joué à Citadelle – je ne sais pas si je l’ai déjà écrit ou pas – en mangeant bonbons et en buvant du soda. Aujourd’hui, j’angoisse de plus en plus à l’approche de mon rendez-vous avec Lucie. Une partie de moi ne veut pas lui dire quoi que ce soit, même pas bonjour, une autre partie veut pleurer toutes les larmes de son/mon corps, une troisième partie veut lui demander des comptes, une quatrième partie est vraiment très, très en colère, une cinquième partie veut faire “la bonne patiente” pour qu’elle m’aime encore, et ainsi de suite. La petite veut se mettre en boule par terre ou éventuellement colorier quelque chose de joli. C’est le chaos à l’intérieur.

J’ai donné rendez-vous à Léo et Margaux sur le parking après mon rendez-vous avec Lucie, en espérant ne pas être complètement décomposée… On ira prendre un café à emporter, si possible, ou alors on fera juste une petite marche sur le campus de l’hôpital. Je vais essayer de ne pas oublier d’emmener La lionne blanche de Henning Mankell à Léo – il ne connaît pas cet auteur et j’ai le bouquin en deux exemplaires. Autant lui en donner un.

C’est le taxi qui prend en charge les enfants demain matin et demain en fin d’après-midi, et ce pendant toute la semaine prochaine. J’ai pris rendez-vous avec ma psychiatre aussi, mais c’est à l’heure de la rentrée des enfants.

J’ai très mal au coude après m’être cogné le coude dans le mur à l’hôpital. Un beau bleu et une belle douleur à chaque fois que je m’appuie dessus. J’ai envie (une partie de moi a envie plutôt) d’envoyer valser l’hôpital de jour et de ne plus jamais les revoir. Ils n’ont même pas été foutu de me rappeler quand j’avais laissé un message sur leur répondeur. Deux d’entre eux m’ont menti en face à face. Je n’en peux plus.

Et l’angoisse monte, monte, monte.

Dimanche. Angoisse.
Étiqueté avec :                                                

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *