J’ai demandé, non, imploré, une permission d’une demi-journée. Rien à faire. Je suis allée me planter par terre devant le bureau de Lucie, je l’ai appelée au téléphone deux fois devant sa porte avant qu’elle ne réponde, puis je me suis fait déloger par trois infirmiers. Le médecin psychiatre a dit que j’avais le droit de rester ou de partir, pas d’avoir une permission. J’ai fait un gros fuck à tout le monde, j’ai pris mes affaires et je suis partie alors que je n’étais vraiment pas en état de conduire.

Tout le monde me ment, me leurre, m’abandonne et me remplace, et j’en ai marre, tellement marre, c’est horrible. Ça me fait revivre ce que le monstre maternel me faisait subir.

Je me suis fait deux amis en tout cas là-bas. On peut les appeler Léo et Margaux. Léo est d’une douceur extrême, adorable, il a de l’humour, il est intelligent et subtil, câlin et… et je ne lui trouve pas de défaut en fait. La vie devrait lui sourire, mais il est aux prises d’une horreur sans nom qui lui bouffe de l’intérieur. Margaux… Margaux est une très belle femme, elle est maternelle, intelligente, créative, protectrice de l’environnement, avec des principes et un mode de vie que j’admire. Nous sommes nées le même jour, mais nous avons tout juste 10 ans d’écart.

J’ai donc pris mon bric et brac et je suis partie. Je n’ai pas pu dire au revoir à qui que ce soit en partant. En rentrant, j’ai fait de gros câlins aux miens, puis je me suis imprimé une batterie d’attestations covid pour aller faire quelques courses. J’ai pris des trucs pour Halloween, j’ai été chercher mes nouveaux médocs, et j’ai pris quelques cadeaux pour Léo et Margaux. Des rochers sous forme de petits paquets cadeaux, un livre de coloriage, du thé qui s’infuse même froid (parce que la température ne monte pas haut dans les lavabos de là-bas) et deux paquets de clopes. Léo ne fume pas, mais Margaux si. Je ne lui souhaite pas le cancer, mais elle en fume moins de 5 par jour, elle sait gérer, et je sais que ça va être extrêmement difficile pour les hospitalisés d’avoir de quoi fumer pendant le nouveau confinement. Deux paquets de clopes, c’était la moindre des choses que je pouvais faire pour elle qui a été présente pour moi de toutes les façons imaginables ces derniers jours où l’horreur me guettait partout. Je suis partie sur le parking et je leur ai donné rdv au fond du parking pour leur donner mes cadeaux.

On se revoit lundi, après mon rendez-vous avec Lucie. Je n’ai pas envie de dire quoi que ce soit à Lucie. Le lien est cassé et je n’arrive plus à lui faire confiance. C’est cassé. Je suis cassé et le lien est cassé.

En rentrant, nous avons fait un repas léger mode sandwichs et céréales ainsi que quelques bonbons, du cappuccino, etc, puis je suis allée me coucher sur le canapé dans mon bureau où j’ai dormi facilement 5 heures.

J12 sortie d’hospit
Étiqueté avec :                            

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *