Hier, j’ai reçu Amnésie traumatique – Des vies de l’ombre à la lumière, un ouvrage dirigé par Hélène Romano et Natacha Bras. Je n’ai lu que la moitié pour l’instant, mais je peux d’ores et déjà dire qu’il s’agit d’un très bon livre sur le trouble dissociatif de l’amnésie traumatique. Il est relativement facile d’accès en ce sens qu’il vulgarise l’aspect médical du fonctionnement du cerveau et de la mémoire. De plus, il éclaire le concept d’amnésie traumatique à l’aide de précieux témoignages tout au long de l’ouvrage. La fin me semble prometteur aussi, parce qu’il traite de différentes prises en charge, mais j’en dirai certainement plus quand j’aurai fini le livre.

Sinon, je suis effectivement allée à Emmaüs où j’ai passé une heure à fouiller, glaner, lire des quatrième de couverture, piocher des livres pour les mettre dans mon cabas, en remettre d’autres sur les étagères… J’ai acheté 25 livres pour la modique somme de 16 € (dont 4 grand format). Ravie, comme toujours après une visite à Emmaüs. J’ai entre autres retrouvé le Journal d’Anaïs Nin (que j’avais il y a fort longtemps, mais que j’avais été obligée de vendre quand on était dans la précarité +++), un Dolto (même si je ne suis pas toujours d’accord avec elle, loin de là), un PUF sur la psychologie industrielle, plusieurs livres de fantasy dont certains en anglais (j’aime lire les livres en v.o.), deux Carrère en grand format, et plein d’autres bouquins. Un vrai bonheur.

Et quand on me demande si je n’ai pas assez de livres, je réponds systématiquement que je n’ai pas assez de bibliothèques. Ce qui est vrai.

Pas assez de bibliothèques
Étiqueté avec :                            

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *