Mercredi et toujours pas de nouvelle de Margaux. Ça commence à faire long. Je me demande si j’ai fait ou dit quelque chose qui l’a mise en rogne, mais je ne vois vraiment pas ce que ce serait. Je me demande si elle va mal, si elle a rechuté (au figuré comme au sens propre). Puis j’essaie de me dire que c’est comme ça qu’elle fonctionne, qu’il ne faut pas s’offusquer ou mal le prendre.

Aujourd’hui, j’ai aidé une amie à préparer son texte en vue d’une publication, puis j’ai rangé beaucoup de papiers qui traînaient. Je n’ai pas fini, mais bon, je fais une petite pause.

J’ai de nouveau failli écrire à Lucie, puis je me suis ravisée. Elle n’y peut rien. Je sens que la relation a changé depuis que nous sommes passées à une séance par semaine. Je suis beaucoup plus distante avec elle, beaucoup plus silencieuse aussi. Je me perds.

Il va bientôt falloir que je me mette sur le calendrier de l’avent des lectures aussi. J’ai réussi in extremis à pondre un texte pour la case d’aujourd’hui, mais je n’ai pas encore commencé la case de demain. Ça fait une éternité que je n’ai pas travaillé sur ma thèse… au moins dix jours étant donné que je fais le calendrier de l’avent. J’ai envie de m’y remettre, mais d’abord je veux ranger tout ce qui traîne, toute la paperasse, et demander des remboursements de la sécu et de la mutuelle. Hier, je suis en tout cas allée déposer ma demande d’indemnités journalières. Une bonne chose de faite !

Toujours rien (bis)
Étiqueté avec :                            

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *