M a écrit deux mails à Lucie. Avec les cauchemars et les idées suicidaires. Et avec la peur noire de se faire remplacer. On en a parlé avec les infirmières aussi. Et avec notre assistante sociale qu’on a appelée au téléphone. Lucie dit qu’on ne va pas se faire remplacer. Que nous sommes une personne à part entière. Mais c’est le chaos à l’intérieur et on a ces images horribles qui nous assaillent.

Les infirmières étaient très gentilles. Elles m’ont dit que c’était bien que je puisse dire tout ce que j’ai dit. Mais j’angoissais beaucoup et je me suis gratté le bras plusieurs fois. Et je me suis balancée et j’avais du mal à les regarder dans les yeux tellement j’étais mal. Mon assistante sociale était adorable aussi. J’ai le droit de rappeler si ça ne va pas.

J’ai dû aller chercher les enfants à midi alors que je n’étais vraiment pas en état. Mais ça a été heureusement. Sur le chemin du retour, je me suis arrêté au McDo parce que je n’avais pas la force de faire à manger. Puis, de toute façon, avec le discours du Macron ce soir, c’est possible qu’il n’y aura plus ni McDo ni rien pendant un bon moment encore une fois. J’angoisse à mourir à l’idée d’un deuxième confinement.

J’ai fait du stock de tabac pour environ 20 jours. Et on devrait avoir assez de pq jusqu’à la fin du mois aussi. Puis j’ai de quoi faire des activités créatives si j’en ai la force. Du dessin, de la sculpture, du papier mâché. Et des livres à l’infini.

Après avoir mangé, je me suis couchée sous la couverture pondérée avec le chat à côté de mon visage. J’ai dormi. Et dormi encore. Je pense que j’ai fait partir deux heures en dormant et j’ai envie de dormir encore. Ma tête est pleine d’images horribles où je me fais mal et où on me fait mal. Je suis complètement impuissante. Je suis dans le refus. Le refus de parler et le refus de manger. Mais on me force.

L’anxiolytique commence à faire effet. Je crois que je vais encore essayer de dormir.

Toujours très mal
Étiqueté avec :                                                                

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *